SSP - Vaud / Syndicat des services publics

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Le Syndicat suisse des services publics SSP est un syndicat qui regroupe les salariés accomplissant des tâches d’intérêt public (enseignement, santé, social, culture, etc.). Il organise les employé-e-s de la Confédération, des cantons, des communes et des institutions privées d'utilité publique. Il est présent dans toute la Suisse et compte 35'000 membres. Il fait partie de l’Union syndicale suisse, la plus grande organisation syndicale du pays. Il est organisé en régions autonomes.

 

Locaux borgnes, la position du SSP

Locaux borgnes: la réponse du Syndicat des services publics (SSP) à la proposition de la Direction générale.

 

Attachments:
FileDescriptionFile size
Download this file (PositionSSPlocauxborgnes.pdf)PositionSSPlocauxborgnes.pdf 114 Kb
 

CHUV locaux borgnes

Locaux borgnes

Participez à l'assemblée générale!

Le SSP organise une assemblée pour décider de la réponse à donner au projet de directive de la Direction. Participez-y pour donner votre avis et décider! Venez nombreuses et nombreux, cette assemblée est ouverte à tout le monde!

Mardi 9 décembre, 12h15 auditoire M. Mayor (BH 08, côté grands auditoires)

Ci-dessous, vous trouverez le projet de directive de la Direction et le compte-rendu de la délégation du SSP à la négociation est ici http://www.ssp-vaud.ch/index.php?option=com_content&view=article&id=977:chuv&catid=37:sante&Itemid=65

 

Attachments:
FileDescriptionFile size
Download this file (ProjetdirectiveDGlocauxborgnes.pdf)ProjetdirectiveDGlocauxborgnes.pdf 734 Kb
 

Hautes écoles Vaudoises - des demis-négociations?

Alors même que le projet de nouveaux statuts du personnel d'enseignement et de recherche (PER) des Hautes écoles vaudoises (HEV) n'a pas encore été présenté (il doit l'être le lundi 8 décembre), certaines directions tentent de mettre en place une gestion totalement individualisée de la bascule du personnel en place de l'ancien vers le nouveau système. Le SSP-Hautes écoles a immédiatement dénoncé de telles méthodes et a exigé de l'autorité de tutelle des Hautes écoles qu'elle les fasse cesser immédiatement (voir lettre ci-dessous).

Cette méthode est problématique non seulement parce qu'elle ressort d'une stratégie d'individualisation des rapports de travail mais également car les directions concernées s'arrogent le droit de définir le dispositif transitoire en dehors de toutes négociations. Or, le système de transition - c-à-d- la manière dont le personnel en place sera catégorisé dans les nouveaux statuts - doit faire partie du périmètre des négociations qui débuteront en janvier 2015. Dans le cas contraire, il ne s'agirait, au mieux, que de demi-négociations. De plus, elles seraient menées entre, d'une part, les employeurs et, d'autre part, des salarié-e-s qui ne seraient pas concerné-e-s par les questions négociées, puisque le personnel déjà en place serait catégorisé selon un règlement transitoire et temporaire qui ne s'appliquerait pas aux futurs engagés.

Des esprits chagrins pourraient voir dans ces méthodes une tentative de vider les négociations d'une grande partie de leur contenu et de diviser les salarié-e-s. Quelle que soit la lecture que l'on en fait - maladresse ou stratégie - cela ne peut que nous rendre plus vigilant par rapport aux tendances à l'individualisation des conditions de travail et nous encourager à organiser la mobilisation de collectifs de salariés pour discuter ce projet de statut.

Nous conseillons donc aux membres du PER de refuser collectivement de tels discussions individuels et de demander quelles sont les bases réglementaires sur lesquelles la direction s'appuie pour mettre en place cette transition. Dans un deuxième temps, il est de la plus grande importance que chacun-e des membres du PER se saisisse du nouveau projet pour que nous puissions en discuter collectivement et unir nos forces.

Attachments:
FileDescriptionFile size
Download this file (SSP_2014_12_04_Négo_HEV.pdf)SSP_2014_12_04_Négo_HEV.pdfSSP_2014_12_04_Négos_HEV174 Kb
 

Pétition : Le plus grand employeur du canton doit montrer l’exemple et créer de nouvelles places de crèche !

Pour le Syndicat des services publics, un service public de l’enfance est une mesure nécessaire non seulement pour que les parents qui ont une activité rémunérée puissent mener de front vie professionnelle et vie familiale, mais aussi pour promouvoir l’égalité entre hommes et femmes. Aujourd’hui, l’Etat de Vaud emploie 33’370 salarié-e-s, mais n'offre que 142 places d’accueil pour les enfants de ses employé-e-s, et ce uniquement dans la région lausannoise. Pour le ssp, l’accueil de l’enfance doit être un véritable service public, qui offre la possibilité à chaque enfant d’être accueilli dans son quartier. Compte tenu de la pénurie actuelle, l'Etat de Vaud doit donner l'exemple comme employeur.

Il doit par conséquent prendre les mesures prioritaires suivantes :

Doubler le nombre de places d’accueil pour les enfants des employé-e-s de l’administration vaudoise d’ici à fin 2015 :

1. En ouvrant une troisième structure d’accueil pour les enfants des employé-e-s de l’Etat de Vaud ;

2. En subventionnant des nouvelles places d’accueil supplémentaires pour les enfants des employé-e-s de l’Etat dans tout le canton.

Ce sont ces revendications que nous appelons le personnel de l'Etat de Vaud à soutenir à travers la pétition que vous pouvez télécharger ci-dessous.

Attachments:
FileDescriptionFile size
Download this file (petition_garderie_Etat_de_Vaud.pdf)petition_garderie_Etat_de_Vaud.pdf 99 Kb
 
  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  5 
  •  6 
  •  7 
  •  8 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »


Page 1 sur 8


Le Syndicat des services publics SSP

le syndicat des employé-e-s de la Confédérations, des cantons, des communes et des institutions d'utilité publique.