SSP - Vaud / Syndicat des services publics

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Le Syndicat suisse des services publics SSP est un syndicat qui regroupe les salariés accomplissant des tâches d’intérêt public (enseignement, santé, social, culture, etc.). Il organise les employé-e-s de la Confédération, des cantons, des communes et des institutions privées d'utilité publique. Il est présent dans toute la Suisse et compte 35'000 membres. Il fait partie de l’Union syndicale suisse, la plus grande organisation syndicale du pays. Il est organisé en régions autonomes.

 

Equitas: notre mobilisation a payé !

La Municipalité et les organisations du personnel de la Ville de Lausanne, dont le Syndicat des services publics (SSP), ont signé une convention concernant Equitas.

Le contenu de la convention

Cette convention prévoit l'instauration d'un régime transitoire entre 2018 et 2027. Deux catégories d'employés sont concernées. Premièrement, celles et ceux dont le salaire aurait été bloqué au 1er janvier 2017, suite à l'entrée en vigueur d'Equitas, et dont le salaire annuel est inférieur à 100'000 francs brut (équivalent plein temps – EPT) ou inférieur à 110% du salaire maximum de leur classe Equitas. Deuxièmement, toutes et tous les employés qui auraient été bloqués dans l'une des neuf années suivantes (2018 à 2026).

Les employés en question toucheront, à partir de l'année où ils sont bloqués, une annuité de la zone de progression 3 de leur classe Equitas (qui correspond à 1% du salaire minimum de cette classe). Cette annuité sera versée jusqu'à concurrence d'un salaire annuel brut de 100'000 francs (EPT) ou, pour celles et ceux qui sont au-delà de ce montant, d'un plafond fixé à 110% du salaire maximum de leur classe Equitas.

Enfin, la convention prévoit l'instauration d'une "Commission paritaire d'évaluation et de correction des fonctions". Elle traitera notamment, dès le début de l'année prochaine, des demandes collectives de correction ou de réévaluation des fonctions.

Les acquis de notre mobilisation

Le projet de convention entre la Municipalité et les organisations du personnel a été soumis au vote de l'Assemblée générale du personnel du 28 novembre. Réunissant quelque 250 employés de la Ville de Lausanne, l'assemblée l'a accepté à une très large majorité.

Ce choix découle du fait qu'il a été possible d'arracher à la Municipalité des concessions significatives. Tout d'abord, quant au nombre d'employés qui pourront continuer à progresser au plan salarial alors qu'ils auraient été définitivement bloqués si le système Equitas était entré en vigueur tel quel. D'après les projections de la Municipalité, 2120 employés bénéficieront ainsi des mesures prévues par la convention. De plus, cette dernière marque la fin du régime arbitraire des Mesures de fin d'année (MFA), le système de promotions au mérite en vigueur à l'heure actuelle, en garantissant l'automaticité de la progression salariale. Troisièmement, le montant de l'annuité a été doublé par rapport aux intentions de la Municipalité. Enfin, la convention permet aux bas salaires, grâce à la fixation d'un plafond de rémunération plus élevé, d'aller plus haut dans leur progression salariale, en termes relatifs, que les autres employés de la Ville.

Lire la suite...
 

Hôpitaux vaudois: quels sont vos besoins?

Comment va votre service? Les effectifs sont-ils suffisants pour faire le travail correctement? Comment améliorer la prise en charge des patients ? Comment améliorer les conditions de travail? Comment lutter contre la surcharge qui pèse sur de nombreux services?

Ce questionnaire est destiné à chiffrer les besoins en personnel au CHUV et dans les hôpitaux régionaux vaudois. Les données que vous y fournissez ne sont accessibles qu’au Syndicat des services publics et ne seront transmises telles quelles à personne. 

Trois à cinq minutes sont nécessaires pour le remplir: faites-le en petits groupes ou en équipes si c’est possible, cela permet de mieux évaluer les besoins.

Le Syndicat des services publics (SSP) se bat aux côtés du personnel hospitalier pour renforcer les dotations, améliorer les conditions de travail et la qualité des soins. Dans ce cadre, le SSP organise, le 3 novembre prochain, une journée de mobilisation dans les hôpitaux publics. Une manifestation partira du CHUV à 17h30 ce jour-là (rassemblement dès 16h15). Le programme complet se trouve sur notre site internet www.ssp-vaud.ch et sur notre page Facebook.

Pour remplir le questionnaire, cliquez sur ce lien.

 

 

 

Situation dans les foyers MNA de l'EVAM

Etat du dossier:

Suite à une intervention du SSP en début d'année 2016 (résumé du courrier ici), une rencontre réunissant l'EVAM et tous les services concernés a eu lieu le 20 avril pour faire le point.

Le 26 mai, une soirée débat a été organisée par le SSP sur la question de l'encadrement des MNA: programme et compte rendu.

Les deux groupes concernés (EVAM et enseignement) ont continué à se rencontrer et, devant la persistance des difficultés, ont écrit à nouveau aux services concernés: lettre du 31 octobre (Article de 24 Heures du 11 novembre).

Le 15 novembre, suite au travail de lobbying du SSP, une résolution, adoptée au Grand Conseil par 99 oui, 12 non et 22 abstentions, demande que le Conseil d’Etat poursuive "l’adaptation de la prise en charge" des MNA au vu des "nombreux signaux alarmants" et  "d’un encadrement socio-éducatif et sanitaire insuffisant."

Les réfugiés, et en particulier les mineurs, ont fui des zones de guerre ou des persécutions et connu un parcours souvent dramatique pour arriver dans notre canton. Le canton de Vaud a fait figure de pionner en ouvrant des structures spécifiques pour les réfugiés mineurs non accompagnés. Ces derniers mois, l’EVAM a fait des efforts considérables pour offrir une place à chaque jeune et le personnel s’est engagé avec volonté dans cette mission. Néanmoins, de nombreux signaux alarmants montrent que ce dispositif n’est pas suffisant pour faire face aux besoins de ces jeunes et à leur fragilité, notamment en raison d’un encadrement socio-éducatif et sanitaire insuffisant.

Fort de ces constats, le Grand Conseil réaffirme le droit inaliénable de tous les enfants à bénéficier d’une protection et d’une attention particulière en raison de leur vulnérabilité tel que défini dans la Convention internationale relative aux droits de l’enfant. Dès lors, il salue les efforts consentis par le Conseil d’Etat et encourage celui-ci à poursuivre l’adaptation de la prise en charge des mineurs en regard notamment de la croissance du nombre de cas de MNA attribués au canton de Vaud par la Confédération.

La RTS a suivi une membre du groupe syndical SSP de l'EVAM et réalisé un reportage diffusé dans les trois régions linguistiques:

Le 19.30: http://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/vd-les-suicides-touchent-de-plus-en-plus-les-jeunes-migrants?id=8169019

Le Tagesschau: http://www.srf.ch/play/tv/tagesschau/video/minderjaehrige-fluechtlinge-in-der-schweiz?id=d5b3c011-c871-4e77-bf80-01689cd79902

Telegiornale: http://www.rsi.ch/play/tv/redirect/detail/8248966

Attachments:
FileDescriptionFile size
Download this file (SSP-2016-11-01-SPJ-EVAM.pdf)SSP-2016-11-01-SPJ-EVAM.pdf 94 Kb
 

Stopper la dictature des multinationales. Semaine d'actions contre TiSA

L'accord de libre-échange TiSA vise à confirmer la libéralisation totale des services au niveau international, en réduisant au maximum toutes les barrières empêchant une entreprise de mener ses activités de service dans un pays étranger et en particulier les normes protectrices et autres formes de subventions étatiques.

Afin d’éviter ces risques ainsi que toute autre forme de privatisation imposée, une coalition vaudoise s’est constituée et défend l’idée, qu’il est temps de dire STOP à TiSA! Elle est composée d’Acidus, d’Attac, du Parti socialiste, des Verts, du SSP, de l’USV, du POP, de SolidaritéS, des Jeunes Verts, des Jeunes POP, de la Jeunesse socialistes, du SEV, de SUD et d’UNIA.

MENACES SUR NOS SERVICES PUBLICS. Alors que TiSA fait actuellement l’objet de négociations tenues entièrement secrètes entre plusieurs gouvernements, certains de ses détails ont filtré grâce à Wikileaks. Parmi les dangers qui ont été mis en lumière par ces fuites, l’on peut notamment mentionner une libéralisation par défaut, en ce sens que seuls les domaines expressément mentionnés par un Etat ne seront pas libéralisés – ainsi, tout domaine (y compris futur) qui n’aurait pas été mentionné devra être privatisé, quel qu’il soit (économique, de santé, d’éducation, etc.). L’accord prévoit aussi l’impossibilité de revenir en arrière sur une libéralisation ou privatisation.

Réduire les barrières commerciales signifie, dans les faits, dissoudre les entreprises d'Etat et privatiser un maximum de secteurs économiques. Ainsi, avec peu d'exceptions, les secteurs économiques et des parties entières de la fonction publique sont privatisés par ces accords et donc subordonnés à la logique du marché. Une logique qui n'est pas basée sur le bien-être des humains et les besoins de la population, mais sur la possibilité, pour une élite, de s'enrichir encore plus. Ces privatisations continueront d'exister éternellement, car l'Etat se verra retirer les compétences pour réintégrer un secteur dans les services publics.

UN PROCÈS FICTIF. Le volet vaudois de la campagne sera lancé par un « procès arbitral contre la Commune de Lausanne », qui  se déroulera en public le samedi 24 septembre à 11 h à la Place de la Palud, à Lausanne. Le scénario prévoit que plusieurs compagnies attaquent la ville de Lausanne devant un tribunal arbitral, en raison du fait qu’elle gère elle-même certaines cantines scolaires et fixe des conditions qualitatives concernant la provenance des aliments dans celles qui sont externalisées. Ce scénario ne serait malheureusement pas irréaliste si la Suisse venait à adopter l’accord TiSA. En effet, un procès impliquant la Commune de Lausanne pourrait parfaitement arriver dans ce cadre, puisque TiSA pourrait limiter les possibilités pour la commune d’exploiter elle-même les cantines scolaires et la possibilité de subventionner, sous quelque forme que ce soit, les aliments issus de produits biologiques ou du commerce équitable.

Le SSP – Région Vaud organise dans le cadre de cette campagne une table ronde le mardi 27 septembre à 18 h 30 à l’Espace Dickens, à Lausanne, avec la participation de Stefan Giger, secrétaire général SSP, de David Raedler, avocat, membre du bureau des Verts vaudois et d’Andra Eggli, ACIDUS (Association citoyenne de défense des usagères et usagers des services publics). En effet, les services publics seront parmi les premiers à subir les conséquences des accords TiSA. Les règles imposées ne permettront plus aux collectivités publiques de définir leurs règles du jeu. Les prestations du service public sont donc menacées, mais aussi les conditions de travail des agentes et agents qui œuvrent jour après jour à les délivrer.

Manifestation nationale. La coalition « Stopper la dictature des multinationales » réunit au niveau national les organisations qui demandent au Conseil fédéral de se retirer complètement des négociations de l'accord TiSA et de ne pas entrer en matière sur les accords TTIP, TPP et CETA. Elles demandent l'interdiction des tribunaux arbitraux et, à l'opposé, un renforcement de la démocratie! Une lettre ouverte au Président de la confédération Johann Schneider-Ammann peut être signée sur le site www.stopper-la-dictature.ch. Le 8 octobre 2016 aura lieu à Berne une manifestation pour dire, ensemble, que nous voulons que les dangereux accords TTIP, TISA et Co. ne deviennent jamais une réalité.

Pour en savoir plus:

Attachments:
FileDescriptionFile size
Download this file (Flyer_STOP_TiSA_VD.pdf)Flyer_STOP_TiSA_VD.pdf 292 Kb
Download this file (TISA Demo 8okt2016_finalweb.pdf)TISA Demo 8okt2016_finalweb.pdf 434 Kb
 
  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »


Page 1 sur 2


Le Syndicat des services publics SSP

le syndicat des employé-e-s de la Confédérations, des cantons, des communes et des institutions d'utilité publique.