SSP - Vaud / Syndicat des services publics

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Le Syndicat suisse des services publics SSP est un syndicat qui regroupe les salariés accomplissant des tâches d’intérêt public (enseignement, santé, social, culture, etc.). Il organise les employé-e-s de la Confédération, des cantons, des communes et des institutions privées d'utilité publique. Il est présent dans toute la Suisse et compte 35'000 membres. Il fait partie de l’Union syndicale suisse, la plus grande organisation syndicale du pays. Il est organisé en régions autonomes.

 

Journée « Non aux cadeaux fiscaux aux grandes entreprises! »

Organisée par la Coalition contre les cadeaux fiscaux aux grandes entreprises :
SSP-Vaud, solidaritéS, POP et Gauche En Mouvement, Attac, MPS, ACIDUS, Alternatives (Vevey), Collectif contre la spéculation des matières premières, SUD.


Samedi 12 septembre 2015

9h30 – 16h30

Le Cazard

Rue Pré-du-Marché 15, 1004 Lausanne

Entrée libre


La fiscalité des entreprises fait l’objet de débats, suite au projet de réforme (RIE 3) proposé par le Conseil fédéral et qui privera les collectivités publiques suisses de plus de 3 milliards de recettes.

De son côté, le Conseil d’Etat vaudois a défini une feuille de route et s’apprête à procéder à la plus vaste réforme fiscale depuis des décennies en abaissant de manière très importante l’imposition des bénéfices.

C’est dans ce cadre que plusieurs organisations politiques et syndicales, opposées à ces cadeaux, vous invitent à venir vous informer, débattre et préparer la mobilisation.

LE PROGRAMME:

9h30 ACCUEIL

10h00 INTRODUCTION À LA RIE3
Sébastien Guex (Professeur Unil, solidaritéS)

11h00 ATELIERS

1. LE RÔLE DE LA SUISSE DANS LA FISCALITÉ INTERNATIONALE
Animé par : Jean Batou (Professeur Unil, solidaritéS), David Payot (Conseiller communal, POP)

2. FISCALITÉ : DES CADEAUX POUR LES UN.E.S, DES SACRIFICES POUR LES AUTRES
Animé par : Cora Antonioli (SSP), Vanessa Monney (SSP)

3. RIPOSTE SYNDICALE
Animé par: Pierre-Yves Oppikofer (secrétaire syndical SSP-Vaud), Aristides Pedraza (SUD),

12h00 REPAS (À partir de 15 frs. par personne)

13h30 RETOUR DES ATELIERS

14h15 DÉBAT CONTRADICTOIRE SUR LA FISCALITÉ DES ENTREPRISES

Pierre-Yves Maillard, président du Conseil d’Etat, PS
Un-e conseiller-ère national-e
Jean-Michel Dolivo, député, solidaritéS
David Gygax, secrétaire syndical SSP-Vaud

Débat modéré par Laure Pingoud (24heures)

16h00 CONCLUSION ET PERSPECTIVES DE LUTTES
Julien Eggenberger (Président du SSP-Vaud, député PS)

Attachments:
FileDescriptionFile size
Download this file (Tract_RIE3_f2.pdf)Tract_RIE3_f2.pdfTract_pourimpression213 Kb
Download this file (Tract_RIE3_web.pdf)Tract_RIE3_web.pdfTract_versionelectronqiue213 Kb
 

Locaux borgnes, la position du SSP

Locaux borgnes: la réponse du Syndicat des services publics (SSP) à la proposition de la Direction générale.

 

Attachments:
FileDescriptionFile size
Download this file (PositionSSPlocauxborgnes.pdf)PositionSSPlocauxborgnes.pdf 114 Kb
 

Rentrée scolaire 2015-2016

SSP-Enseignement

 

Rentrée sous pression pour les enseignant-e-s vaudois-e-s

Dans quelques jours, les enseignant-e-s vaudois-es vivront leur troisième rentrée sous le régime de la loi sur l’enseignement obligatoire (LEO). Malgré le ton optimiste du DFJC dans ses communiqués de rentrée, le SSP-Enseignement constate que les difficultés inhérentes à la mise en oeuvre de la LEO restent nombreuses. Dans ce contexte, il soutient l’idée de bilan, pour autant que celui-ci serve réellement à améliorer la situation. Car, sur le terrain, plusieurs problèmes subsistent qui prétéritent les conditions de travail des enseignant-e-s et par conséquent les conditions d’apprentissage des élèves. Le SSP-E défendra les revendications formulées par ses membres et les éléments qui apparaîtront lors d’une tournée des établissements actuellement en préparation.

Du côté de l’enseignement post-obligatoire, l’inquiétude est toujours d’actualité au vu de la montée constante des effectifs des classes dans les gymnases, sévère obstacle à un encadrement optimal des élèves.

Dans les écoles professionnelles, le SSP participera cette année activement à la poursuite de son soutien et de la promotion de la brochure de l’USS «Je défends mes droits» en collaboration avec l’USS et les organisations qui la composent.

 

Concernant la scolarité obligatoire, la situation présentée ce jour par la Cheffe du département, bien qu'instructive, ne permet pas de mettre en lumière un certain nombre de difficultés rencontrées dans les écoles au quotidien, et ce même s’il faut évidemment relever les éléments positifs attendus, en particulier, la correction de carences indéniables de la précédente loi scolaire (étanchéité très forte des différentes filières secondaires et le système de promotion déficient). Alors que la loi est appliquée complètement dès cette rentrée, il apparaît que sa mise en oeuvre continue à poser des difficultés importantes, en particulier dans la nouvelle Voie générale, et ce malgré les mesures urgentes décidées par la DGEO sur demande, en particulier, du SSP. Ces mesures permettent un renforcement de l’encadrement des classes par l’introduction d’une période d’Approche du monde professionnel et de gestion de classe. Par contre, d’autres mesures (dédoublement d’une période d’anglais, enseignement consolidé, outils informatiques pour la gestion des absences...) ne sont pas encore généralisées, parfois pour des raisons financières. Finalement, le SSP demande notamment une simplification du système de l’Option de compétences orientée métiers et une clarification des tâches de la maîtrise de classe afin d’éviter que les enseignant-e-s ne se noient dans l’administration au lieu de pouvoir consacrer leur temps à exercer leur métier, celui d’enseigner. Les enseignant-e-s se sont engagé-e-s avec énergie pour faire fonctionner le système mais on ne peut compter sur leur seule bonne volonté et leurs compétences pour pallier ses défauts. Le DFJC doit réagir et prendre des mesures permettant aux enseignant-e-s d’accomplir leurs missions dans de bonnes conditions. Par ailleurs, le SSP regrette que la mise en oeuvre de la 33è période dans les années 9-11, revendiquée par le SSP et prévue dans le programme de législature du Conseil d’Etat, soit à nouveau reportée.

 

Dans les gymnases, le nombre d’élèves accueilli croît constamment ces dernières années et les infrastructures manquent, malgré des efforts certains mais encore malheureusement

insuffisants de la part du département. Si le SSP-Enseignement salue les mesures urgentes prises pour la rentrée 2015 et se réjouit de l’ouverture prochaine du CEOL, il demande que la planification des constructions soit reprise car il apparaît que le rythme prévu ne permettra pas de faire face aux besoins. En effet, chaque année, la moyenne des effectifs des classes / groupes (1 ère - 3ème années) augmente. La situation est particulièrement préoccupante pour les premières années - dont le taux d’échec et de départs reste important : les classes dépassant les 24 élèves réglementaires sont fréquentes (un tiers des classes/groupes l’an dernier !). Ceci met en péril l’encadrement pédagogique de qualité, en particulier celui des élèves moins favorisé-e-s, et représente un facteur de pénibilité accru pour les enseignant-e-s. L’introduction d’une maturité bilingue français - italien ne peut que réjouir le SSP. Nous relevons tout de même que cette option ne concernera qu’une petite minorité d’élèves qui répondront aux critères d’accessibilité. Elle ne constitue en conséquence pas un progrès pour l’apprentissage des langues pour toutes et tous les élèves des gymnases; pour favoriser des conditions d’enseignement de qualité favorables à

toutes et tous, il faut commencer par réduire le nombre d’élèves dans la classe !

 

Par ailleurs, la brochure de l’USS «Je défends mes droits», utilisée comme matériel pédagogique dans des écoles professionnelles du canton, a été qualifiée de matériel de

propagande par le PLR vaudois - par deux interpellations du député Borloz - en juillet dernier et a fait l’objet de son acharnement opportuniste. Le SSP a condamné fermement cette polémique totalement injustifiée et continuera à mettre tout en oeuvre - notamment en collaboration avec l’USS dont il est membre - pour que cette brochure qui répond parfaitement aux objectifs fixés par le plan d’études puisse être diffusée auprès des enseignant-e-s et des apprenti-e-s. Le SSP, en collaboration avec l’Union syndicale vaudoise, prépare des distributions plus larges de cet outil indispensable pour permettre aux apprenti-e-s de connaître leurs droits et donc de les défendre dans un environnement professionnel de plus en plus difficile.

 

Enfin, le SSP-Enseignement souligne sa ferme opposition à la loi de réforme de l’imposition des entreprises 3 (RIE III) ainsi qu’à sa déclinaison vaudoise (ladite « feuille de route ») qui seront débattues respectivement aux Chambres fédérales et au Grand Conseil vaudois dès cet automne. Les pertes estimées sur le plan cantonal se chiffrent à 400 millions de francs par an, menaçant ainsi gravement le budget du canton et par là notamment celui de l’école publique.

 

 

Attachments:
FileDescriptionFile size
Download this file (SSP-com-presse-rentree-20150818.pdf)SSP-com-presse-rentree-20150818.pdfCommuniqué_rentrée 2015-201699 Kb
 


Le Syndicat des services publics SSP

le syndicat des employé-e-s de la Confédérations, des cantons, des communes et des institutions d'utilité publique.